Accueil » Archives pour alexia

Auteur : alexia

Art nouveau

Fabrication de céramique Art Nouveau

Exemples de céramique Art Nouveau en intérieur et en façades

Carreaux artisanaux

Carreaux de faïence artisanaux : exemples de crédence de cuisine, salle de bains, douche à l’italienne …

Carreaux islamiques

Fabrication de carreaux islamiques : exemples de carreaux d’Iznik, du Maroc et de Tunisie (« Qallaline« ), des Indes (« Kashi Gari« )…

Galerie zellige

Fabrication de zellige

exemples de fabrication de zellige pour cuisine, douche, fontaine, salle de bains, et hammam marocains, etc. Reproduction des motifs d’alicatado de l’Alhambra de Grenade.

Carreaux Renaissance

Fabrication de carreaux Renaissance

Exemples de carreaux Renaissance hispaniques ou de majolique italienne.

Carreaux de Delft

Fabrication de carreaux de Delft

Exemples de réalisations de carreaux de Delft et de panneaux de céramique hollandais

Exposition de carreaux artisanaux

De très nombreux exemples de notre production sont visibles à notre salle d'exposition, à Paris dans le quartier de Montparnasse.

Vous y verrez des carreaux de Delft, des azulejos, des carreaux du Moyen-âge et de la Renaissance, des carreaux d'Iznik ou de Desvres, des terres cuites, des panneaux d'azulejos, du zellige, mais aussi des objets : tulipières, vases Médicis, pots d'apothicaires, assiettes, plats, etc.

Nous avons rassemblé des milliers d'images de carreaux anciens et d'objets en céramique. Notre fonds d'archives peut être consulté à la salle d'exposition.

Il ne s'agit pas d'une boutique ; il est indispensable de nous contacter pour prendre rendez-vous !

Technique faïence

1_tour_potier_argileL'atelier emploie les mêmes techniques artisanales et les mêmes matériaux qu'à la Renaissance.
L'argile est préparée et pétrie à la main ; chaque carreau est fabriqué en écrasant l'argile à la paume de la main dans un moule (« estampage » à la main). Les objets sont fabriqués soit au tour à pied (voir photo) soit à l'aide de moules en plâtre. Selon l'épaisseur de l'argile, carreaux et objets doivent sécher une à trois semaines avant leur première cuisson. Après cette première cuisson (« dégourdi »), les biscuits sont prêts à être recouverts d’émail. Les carreaux sont nappés d'émail à la main (voir photo) ; les objets sont en général plongés dans un bain d'émail. Ou parfois émaillés par vaporisation.

Enregistrer

Enregistrer

poncif pour peindre un panneau d'azulejos portugaisPour réaliser les décors, nous utilisons la technique séculaire du « poncif » (voir photos). Il s'agit d'une vaste feuille de papier - en général du papier calque- sur laquelle est dessiné le décor à réaliser, à la taille du panneau de céramique souhaité. Le poncif peut mesurer plusieurs mètres ! Les contours des éléments du décor sont percés de petits trous avec une épingle. Le poncif ainsi obtenu est placé sur les carreaux fraîchement émaillés, et est recouvert d'une très fine poussière de charbon (« ponce ») qui passe par les trous et laisse une fine marque en pointillé sur l'émail humide.

Enregistrer

Enregistrer

émaillage d'un carreau de céramique cuit

Enregistrer

poncif pour peindre un carreau de faïence déjà émaillé

Enregistrer

Enregistrer

Les décors sont peints à la main sur un émail encore humide. Fond émaillé et décors (« émaux ») peints à la main sont cuits ensemble. Cette seconde cuisson dure environ 12 heures et atteint 1.000 °C, température de vitrification de l'émail. Les pigments sont emprisonnés dans l'émail ; le décor est donc très résistant. C'est ce que l'on nomme des décors de « faïence de grand feu ». Les couleurs (« émaux ») sont le résultat de la cuisson d'oxydes peinture d'un carreau de faience au pinceaucolorants naturels. Ils sont posés au pinceau sur un émail humide (voir photos) qui les absorbe immédiatement. Toute correction est donc impossible. La faïence de « petit feu », quant à elle, est une technique plus récente, née au XVIIIe siècle. Cela consiste à cuire d'abord l'émail de fond, toujours à 1.000 °C, puis à peindre le décor. Le carreau ou la pièce sont alors cuits une troisième fois pour fixer le décor, à environ 800° C. Ce dernier, est moins résistant car en surface.

Les couleurs de grand feu sont au nombre de 5 (« palette de grand feu ») : le cobalt pour le bleu, le cuivre pour le vert, l'antimoine pour le jaune, le fer pour l'ocre rouge, et le manganèse pour le brun rouge. L'utilisation de ces oxydes naturels, souvent instables à la cuisson, nous permet d'obtenir des couleurs nuancées conformes à celles des pièces originales.

La main de l'homme et le feu laissent leurs empreintes imprévues à chaque étape de ce long processus : chaque carreau de faïence, chaque céramique est réellement unique.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

azulejos portugais peint à la main en bleu de cobalt

Enregistrer

Carreaux médiévaux

Fabrication de carreaux du Moyen-Age sur commande

GALERIE d’images : exemples de nos carreaux médiévaux

L’atelier Almaviva fabrique sur mesure des carreaux médiévaux : pavements et cabochons cisterciens, navettes émaillées, socarrats espagnols, etc.
Nos carreaux sont fabriqués à la main dans le respect des techniques artisanales traditionnelles ; de ce fait, ils ont l’air de carrelages anciens.

Le pavement médiéval : l’origine du carrelage

C’est au Moyen-Age qu’apparaît le carrelage de terre cuite, pour couvrir les sols des églises romanes. D’abord recoupés pour être assemblés en mosaïques, ces carreaux de pavement sont dès le XIIe siècle simplement recouverts d’une glaçure transparente au plomb, de couleur jaune, brun-rouge, vert clair ou vert foncé. Les décors des carreaux médiévaux apparaissent au XIIIe siècle, et sont de 2 types.

pavement_terre-cuite

Mise au point par les moines cisterciens, la technique du décor incrusté ou décor à engobe va être très utilisée dans le nord de l’Europe, et principalement en France et en Angleterre. On presse sur la terre crue de couleur une matrice en bois sur laquelle est sculpté un motif. L’empreinte ainsi laissée en creux est remplie d’argile blanche diluée. Une fois la terre sèche, sa surface est arasée pour que le motif ressorte bien net, en révélant le contraste de couleur entre le décor et le fond du carreau, puis le carreau est recouvert d’une glaçure transparente à base de plomb.
carreau_medieval
Les ordres religieux, plutôt austères, imposent pendant un temps les figures géométriques pour les sols qui vont être foulés aux pieds. Mais la demande devient toujours plus exigeante et les dessins évoluent à partir du XIIIe siècle pour représenter des images d’anges ou de saints, des fleurs de lys, des blasons, des figures d’animaux stylisés, des monstres et des grotesques, des scènes de la vie populaire.
Avec la mode venant d’Espagne et des pays orientaux, les carreaux ne décorent plus seulement les sols mais aussi les murs. La robustesse du décor n’étant plus alors nécessaire, la technique de l’incrustation a dans ce cas été remplacée par un décor simplement peint avec un engobe blanc sous une glaçure transparente..
carreaux_palais_pape
Dans le sud de l’Europe, en Italie et en Espagne, vers la fin du Moyen-Age, la technique de décor est différente. Les carreaux sont recouverts d’un émail stannifère blanc opaque sur lequel est directement peint le décor : végétaux, rosettes, animaux, ou visages humains annonçant les prémices de la Renaissance. Ces carreaux bleu et blanc sont produits en grand nombre au XVe dans 2 villages à côté de Valence en Espagne : Manises et Paterna.
S’utilisant en pavements, mais également en carreaux de revêtement, les carreaux émaillés et décorés sont souvent alternés avec des carreaux unis : le Palais des Papes à Avignon fournit un bel exemple de ce type de carrelage médiéval. Apparaissent également les navettes, carreaux hexagonaux combinés avec des carrés pour former des octogones.
azulejos-socarrat
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Majolique

Fabrication artisanale de carreaux de majolique sur commande

GALERIE d’images : exemples de nos carreaux de majolique

L’atelier Almaviva fabrique sur mesure des rééditions de carreaux émaillés de la Renaissance.
Nos carreaux sont peints à la main en utilisant les techniques traditionnelles de la majolique. Chaque carreau est donc unique.
Nous travaillons parfois dans le cadre de chantier de restauration ; nous savons reproduire les mêmes imperfections que les carreaux anciens.
Au fil de plus de 20 années d’activité, notre atelier a constitué des archives avec des centaines d’images de majoliques qui peuvent servir de source d’inspiration à de nouveaux projets.
Notre salle d’exposition est dans le centre de Paris, dans le quartier de Montparnasse.

La Renaissance italienne : une révolution technique et artistique

En Italie, au XVe siècle, la famille florentine Della Robbia met au point un émail robuste à base d’étain sur lequel on peut peindre. Cette technique, d’abord utilisée pour protéger les sculptures en terre cuite, a servi pour décorer sol et plafond du studiolo du palais de Pierre 1er de Médicis à Florence. A partir de cet illustre exemple, la technique de la faïence émaillée a très vite été appropriée par les céramistes italiens qui l’ont employée largement pour décorer de couleurs vives les palais et les églises, comme à Florence, Venise (église San Sebastiano), Bologne, ou Sienne (palazzo Petrucci).
Des carreaux majolique provenant d'Anvers
A cette époque, effectivement, l’Italie est en plein essor artistique (« la Renaissance »), et les décors de majolique, peints dans une riche polychromie, deviennent très perfectionnés, aussi complexes que des tableaux. Les décors de « grotesques » vont être popularisés grâce à Raphaël, notamment dans sa région natale (Urbino et Casteldurante).
Carreaux de majolique de Nevers
De l’Italie, cet art va rayonner en Europe avec l’installation, vers 1500, de potiers italiens à Séville, en Espagne, et à Anvers, en Flandre. En France, le premier peintre faïencier sera Masséot Abaquesne, installé à Rouen. Deux grands seigneurs lui commandent vers 1550 des pavements de majolique pour le château d’Ecouen et celui de la Bâtie d’Urfé. Le premier est toujours en place (Musée National de la Renaissance), le second est en partie exposé au Louvre.
Pavement majolique
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer